10

UN PATRIMOINE DE VALEURS

Depuis 100 ans, l’entreprise LSDH a su constamment se réinventer. Son goût prononcé pour les challenges et les innovations lui permettent d’être aujourd’hui l’un des leaders sur le marché français des jus de fruits. Une stratégie à laquelle Sidel contribue fortement.

A sa création en 1909, la Laiterie Saint- Denis-de-L'Hôtel (LSDH) était une entreprise d'agriculteurs soucieux de mettre en commun leurs moyens de production pour livrer les grands pôles de consommation de la région du Loiret. Depuis son origine, la vocation de LSDH n'a pas changé: nourrir l'Homme. Comme le commente son PDG, Emmanuel Vasseneix: «Nous vivons aujourd'hui une époque plutôt opulente, mais n'oublions pas qu'il y a encore 60 ans, des gens mouraient de faim dans notre pays». C'est pourquoi LSDH déploie tout type de boissons qui permettent au commun des mortels de retrouver chaque matin, dans son réfrigérateur ou sur sa table, tous les produits qu'il a l'habitude de consommer. L'entreprise développe aujourd'hui son image autour de quatre ambitions majeures: la nutrition, l'innovation, la naturalité et le développement durable.


Le pari du «tout liquide alimentaire»

 

La mise en place des quotas laitiers en 1984, dont le but principal était d'enrayer la croissance de la production laitière, a été une date charnière dans le développement de LSDH. Cette politique de quotas a eu pour conséquence immédiate la disparation de deux tiers des producteurs de lait. Mourir ou partir ? LSDH opte pour une voie plus originale et choisit d'utiliser les technologies et les emballages destinés à la production du lait pour se diversifier et conditionner tous les autres liquides alimentaires. C'est ainsi que ce laitier se tourne entre autres vers le conditionnement de jus de fruits, de boissons végétales, de produits diététiques et hyperprotéinés. Un défi plus que relevé aujourd'hui: «Avec 150 nouvelles références lancées en 2011, probablement autant en 2012, et en moyenne 50 nouvelles recettes par an, notre volonté est résolument d'offrir à nos clients une gamme de produits très diversifiés». Un développement soutenu par une croissance externe.


Un partenaire incontournable pour la grande distribution

 

Dans l'évolution et la diversification de l'entreprise, la rencontre avec les distributeurs a été un axe d'évolution primordial. Pour exemple, sa collaboration avec Carrefour, un client fidèle depuis 30 ans pour qui LSDH produit aujourd'hui 50% de ses jus de fruits, qu'ils soient premier prix ou marque distributeur.


Un autre exemple significatif: la collaboration avec le groupe Système U, avec qui LSDH a lancé notamment la première bouteille de lait en PET sans opercule mais aussi la bouteille de lait bio, toutes deux conditionnées sur la ligne aseptique Sidel du site de Varennes-sur-Fouzon. LSDH accompagne ainsi la grande distribution laquelle, contrainte d'évoluer sur un marché compétitif, est très exigeante en termes d'innovation, de qualité et de réactivité. «Aujourd'hui, il ne suffit plus de faire le meilleur produit du monde dans le plus bel emballage qui soit; il faut également être capable de maîtriser la qualité et la distribution du produit, des critères indispensable pour lesquels la grande distribution nous pousse vers l'excellence. Avant, nous étions les petits poucets. Aujourd'hui, nous sommes devenus des référents dans le conditionnement de liquides alimentaires!».


Sidel au service des innovations

 

Au-delà de la diversification des produits, LSDH a beaucoup investi pour élargir sa gamme d'emballages: carton, verre puis plastique, en travaillant constamment sur de nouveaux concepts d'emballages, pour anticiper les besoins futurs des consommateurs. Fort de ses 2 000 références logistiques (SKU), 1 400 matières premières, plus de 1 700 décors différents et une production d'environ 1 milliard d'emballages, l'ambition de LSDH reste celle d'être «une machine  lancer de nouveaux produits». Une diversification qui a été appuyée par des technologies de pointe. «Nos sites sont etseront toujours en perpétu elle évolution car les demandes de nos clients changent constamment. C'est pour répondre à ces nouveaux besoins que nous nous tournons vers des partenaires comme Sidel et vers des technologies innovantes comme le Combi Predis FMa». En plus de 20 ans, l'entreprise LSDH aura investi plus de 150 millions d'euros, dont 50 millions au cours des trois dernières années. Aujourd'hui, les lignes de production sont saturées ce pourquoi LSDH rentre de nouveau dans un programme d'investissement de 60 millions d'euros, dans lequel sont incluses deux nouvelles lignes aseptiques Sidel équipées du Combi Predis/ Capdis FMa. «Avec ces lignes moyenne et basse cadence, nous offrirons à la grande distribution une capacité de laboratoire industriel. Elle pourra nous confier le lancement de nouveaux produits et de nouvelles recettes et se consacrer au marketing de ses marques».


La décontamination sèche des préformes: un défi audacieux

 

Dès 2007, LSDH fait un choix audacieux: le choix d'une ligne équipée du Combi Predis FMa de Sidel. A l'époque, cette technologie révolutionnaire de décontamination sèche des préformes permet à LSDH de conditionner du lait UHT en aseptique dans une bouteille allégée en PET bi-couche, sans opercule : une première mondiale ! Cette bouteille a été particulièrement plébiscitée et récompensée par une dizaine de prix dont le Trophée régional de l'innovation. Outre la simplicité d'utilisation et la performance du Combi Predis FMa, ce sont aussi les opportunités de gains qui ont persuadé LSDH du bien fondé de cet investissement: diminution de la quantité de plastique grâce à l'allègement des emballages, suppression de la consommation d'eau, diminution drastique de la quantité de peroxyde et donc moins d'effluents rejetés dans les stations d'épuration. Comme l'explique aujourd'hui avec enthousiasme Emmanuel Vasseneix, «le travail mené conjointement entre nos deux sociétés a immédiatement porté ses fruits. Par rapport à une machine standard, nous avons divisé par trois la consommation d'eau globale sur l'ensemble de notre outil de production. Nous avons également allégé de 4g le poids de notre bouteille 1 L: produite initialement à 32g sur une ligne aseptique avec décontamination humide des bouteilles, elle pèse aujourd'hui 28g avec un objectif à terme de 24g. Un pari génial! Avec en plus une maintenance réduite et un rendement accéléré, cette innovation a permis la création d'emplois sur le site de Varennes-sur-Fouzon. Sidel a une perle entre les mains!»


La responsabilité sociétale et environnementale: une philosophie

 

Le produit est au coeur de la stratégie, mais pas seulement. Les valeurs environnementales et sociétales sont également essentielles pour LSDH. L'entreprise souhaite minimiser son empreinte sur l'environnement et sur l'épuisement des ressources fossiles. Cette volonté se traduit par des actions très concrètes telles que la suppression de chaudières fuel au profit de chaudières gaz ou encore la mise en place de systèmes d'épuration des eaux. Autre chantier: l'allègement des emballages plastiques PET. L'entreprise utilise également jusqu'à 25% de matières recyclées. Mais LSDH est aussi une entreprise qui agit avec coeur. Autre cheval de bataille, la responsabilité sociétale centrée autour de valeurs fortes que sont la passion, l'ambition et l'humanité. «Pour parvenir à faire des choses bien, il faut des hommes motivés et épanouis dans leur cadre de travail. Nous voulons développer le sens de la curiosité de nos collaborateurs, inciter à la remise en cause, à l'évolution permanente. Oser innover, oser trouver de nouveaux challenges, oser penser différemment: voilà un levier de motivation extraordinaire pour nos équipes». C'est dans cette optique sociétale que LSDH multiplie aussi les initiatives dans des domaines très différents: construction d'écoles dans le petit village d'Akpakli au Bénin en vue de favoriser la scolarisation des enfants, mécénat sportif, dons en nature aux associations, actions  humanitaires auprès d'autres entreprises ou encore l'escalade du Kilimandjaro entre collaborateurs.


Une expansion au-delà des frontières

 

Dans une démarche plus globale, les objectifs de LSDH vont bien au-delà du marché français qui montre des signes d'essouff lement. Grâce à sa participation dans différentes filières de matières premières, notamment dans le soja, le lait, la pomme et l'orange, le groupe a pour intention de s'intéresser commercialement à d'autres pays, et pourquoi pas y mettre un pied dans la production. «Nous sommes convaincus aujourd'hui que la technologie et le savoir- faire que nous avons su déployer sur nos outils de production peuvent aujourd'hui être exportés et servir d'autres marchés que la France». En ligne de mire, les marchés allemands et anglais, tous deux en progression et en recherche de valeur ajoutée.