Attias-IL5-large

La boisson la plus populaire du monde

Henri Attias, Sidel Global Key Accounts Vice President

L'eau est une ressource vitale pour l'homme et avec l'accroissement de la population mondiale et un niveau d'urbanisation sans précédent, l'accès à une eau abordable est encore plus important. Le marché de l'eau embouteillée connaît un essor considérable du fait même de la hausse continue de la consommation d'eau. Les ventes ont bondi de 28 % entre 2007 et 2012 sur l'ensemble du marché de l'eau, celle-ci représentant par ailleurs 37 % du marché mondial des boissons sans alcool, soit l'équivalent de 229 milliards de litres vendus - les sodas et les JNSDIT (jus, nectars, boissons plates, isotoniques et thés) atteignent respectivement 36 % et 27 % de ce marché. Sur le marché de l'eau, l'eau plate arrive largement en tête à 86 %, l'eau gazeuse étant loin derrière à 14 %. Le PET, matériau de prédilection sur ce marché en croissance, occupe 85 % du marché de l'eau embouteillée en 2012.

 

 

À strictement parler, l'eau se résume à la molécule H2O. Quels sont les facteurs de différenciation des types d'eau ?

 

Tout dépend de l'emplacement de la source et des processus suivis par l'eau avant sa commercialisation. Il existe donc des différences entre l'eau de pluie, l'eau de source, les eaux minérales, l'eau distillée et l'eau purifiée. L'eau de puits, par exemple, est stockée dans des sols et des roches perméables. Elle est similaire à l'eau de source, car toutes deux proviennent d'aquifères naturels situés autour de lits de roches et de terre. La différence réside dans le fait que l'eau de source remonte naturellement à la surface. L'eau minérale provient d'une source ou d'un puits naturel, mais doit contenir une quantité spécifique d'oligo-éléments, comme le calcium et le magnésium. Concernant l'eau distillée, la distillation est un processus qui nécessite de faire bouillir l'eau jusqu'à la production de vapeur. Enfin, l'eau purifiée passe par un processus où les produits polluants ou les minéraux, ou les deux, sont supprimés de toutes les sources d'eau. Quel que soit le type d'eau, les besoins des producteurs en matière d'embouteillage et d'hygiène restent les mêmes.

 

Quelles sont les principales caractéristiques du marché de l'eau embouteillée ?

 

Ce marché est très concurrentiel et bien qu'il se distingue par les gros volumes engagés, il reste encore aujourd'hui très fragmenté au niveau mondial. Seul un petit nombre de grands acteurs mondiaux produisent les innombrables marques disponibles sur le marché. Certaines bénéficient d'une reconnaissance internationale, d'autres sont même disponibles dans le monde entier, mais la plupart ne sont commercialisées qu'au niveau régional. En 2011, les dix premières marques représentaient 18 % du volume total vendu. Dans l'ensemble, on constate que le marché de l'eau embouteillée stagne en Europe occidentale et en Amérique du Nord, alors que dans les pays en développement d'Amérique latine, du Moyen-Orient et de la région Asie-Pacifique, le marché continue sa croissance. C'est notamment le cas en Inde et en Chine. En 2012, la région Asie-Pacifique a pour la deuxième fois dépassé l'Europe occidentale en termes de consommation d'eau embouteillée. 

 

Avez-vous constaté une évolution dans les habitudes et les attentes des consommateurs ces dernières années ?

 

Oui, les habitudes des consommateurs changent. Ces dernières années, la santé est devenue une préoccupation de plus en plus importante. Aujourd'hui, nous constatons que l'eau est de nouveau consommée pour ses qualités naturelles et sa faculté intrinsèque à étancher la soif. À cet égard, les fabricants cherchent à optimiser les atouts des produits naturels, en ajoutant parfois des ingrédients destinés à renforcer les propriétés de réhydratation de l'eau. Un nouveau segment de marché a émergé il y a environ cinq ans avec l'apparition des eaux aromatisées qui n'ont toutefois pas su susciter l'intérêt des consommateurs. En matière d'emballage, la mobilité est aussi un phénomène en essor au niveau mondial, ce qui se traduit par une hausse de la demande de bouteilles plus petites, « nomades », faciles à saisir et à transporter. 

 

Quels sont les principaux défis pour les embouteilleurs sur ce marché ?

 

L'un des principaux défis actuels est que l'efficacité globale des équipements (OEE) doit être durable. Les performances de l'emballage sont aussi essentielles, de même que l'optimisation des matériaux et la consommation d'énergie. Les décisions d'investissements pour l'installation d'équipements et de lignes sont prises de plus en plus tardivement, alors que la boisson doit être lancée rapidement sur le marché. La conjugaison de ces deux facteurs nécessite une rapide montée en cadence de la ligne de production pour garantir l'efficacité de tous les équipements. Grâce à la proximité de Sidel avec ses clients et à la grande expérience de ses techniciens dans le monde entier, l'installation et le démarrage se déroulent rapidement et sans problème. Nous ne proposons pas uniquement des équipements fiables : nos solutions se caractérisent aussi par une baisse des arrêts imprévus et une optimisation des temps d'arrêt prévus, par leur simplicité de fonctionnement (changements de format, nettoyage et maintenance), ainsi que par leurs réglages standardisés et leurs procédures prédéfinies. Grâce à une gestion de projet en amont, tous les besoins de solutions standardisées peuvent être anticipés : implantation des équipements, processus de travail et formation. Cette gestion permet de garantir à long terme l'efficacité obtenue durant la montée en cadence. Un transfert rapide des compétences aux opérateurs permet aux clients de gérer la ligne de production en toute autonomie après la réception technique de la ligne. L'évaluation globale des performances de la ligne d'embouteillage par rapport aux objectifs est aussi un critère clé. L'EIT™ (Efficiency Improvement Tool) de Sidel indique l'origine des pertes d'efficacité et les machines sur lesquelles il faut intervenir pour rétablir rapidement la situation. Il peut être mis en place sur n'importe quelle ligne, indépendamment de l'intégrateur ou du fournisseur.

 

Comment la production s'adapte-t-elle à ces tendances ? 

 

D'une part, le marché des conditionnements à usage unique nécessite une production très efficace à vitesse maximale, car c'est un vecteur clé de la baisse du coût total de possession (TCO). Sur ces marchés, les cadences varient généralement entre 40 000 et 80 000 bouteilles par heure. Aux États-Unis, par exemple, 85 % du marché de l'eau conditionnée en PET est occupé par des bouteilles au format 0,6 litre (20 oz) produites sur des lignes à haute cadence dédiées. Aujourd'hui, Sidel est le leader mondial pour les lignes à haute cadence pour les eaux. Entre 2007 et 2012, plus de 30 lignes complètes aux cadences supérieures à 60 000 bouteilles par heure et par ligne ont été fournies par Sidel. Par ailleurs, il existe aussi un marché pour des lignes plus flexibles en mesure de gérer des formats multiples à plus faibles cadences - généralement entre 15 000 et 60 000 bouteilles par heure, ce qui est idéal pour réduire les coûts de production. 

 

Concernant la sécurité alimentaire, quelles sont les exigences en termes d'hygiène pour les solutions de conditionnement ?

 

La sécurité alimentaire reste l'un des grands problèmes des producteurs de boissons ; l'eau ne fait bien sûr pas exception et aucun compromis n'est possible. Lorsque des minéraux sont retirés ou ajoutés, l'eau est davantage exposée aux micro-organismes, ce qui accroît le risque de contamination. Aux États-Unis (et bientôt au Japon) l'ozone peut être utilisé dans le processus de production pour résoudre ce problème. Cette méthode n'est toutefois pas autorisée en Europe. Grâce à son expérience en remplissage aseptique, Sidel a mis au point les normes d'hygiène les plus strictes pour préserver l'intégrité de l'eau embouteillée. Et c'est tout particulièrement vrai avec les nouvelles solutions Sidel Matrix™, qui garantissent un niveau d'hygiène élevé.

 

Le marché de l'eau a connu une forte tendance à l'allègement. Est-il possible d'aller encore plus loin ?

 

Cette tendance à l'allègement des bouteilles PET, voire à leur extra-allègement, permet de diminuer l'impact environnemental et les coûts de production du process de conditionnement. Les producteurs actuels sont toujours en quête de la bouteille la plus légère et dotée des meilleures performances mécaniques. Un grand nombre d'entre eux appliquent déjà cette stratégie sur tous leurs sites de production et ne sont pas loin d'atteindre le poids optimal acceptable pour leurs diverses marques. Les limites de l'allègement n'ont pas encore été atteintes. Dans les trois prochaines années, le poids d'une bouteille PET de 1,5 l devrait passer sous la barre des20 grammes. À cet égard, outre sa solide expertise en emballage, Sidel dispose des compétences nécessaires pour repousser les limites de l'allègement sans transiger sur les performances, l'esthétique ou le toucher. Grâce à notre vision globale sur l'ensemble des processus industriels dès le début du projet (soufflage, remplissage, étiquetage, emballage secondaire et logistique), nous sommes en mesure d'aller encore plus loin en matière d'allègement sans faire de compromis sur les performances de la bouteille sur toute la ligne. Sidel a notamment aidé un acteur clé de l'eau en Amérique du Nord à passer de 14,5 grammes à 9,1 grammes - soit un allègement de 35 % -, ce qui représente une économie de 70 000 tonnes de résine par an. Il s'agit d'un exemple probant de partenariat en amont du processus entre un expert du conditionnement et un fournisseur comme Sidel, le fruit d'une bonne compréhension de l'emballage, mais aussi du produit, de la technologie, et des interdépendances entre les deux.

 

L'allègement est primordial pour réduire les coûts d'exploitation. Quels sont les autres facteurs clés en matière de durabilité et de rentabilité ?

 

Il est nécessaire de disposer de solutions de conditionnement globales et optimales. Pour maximiser les marges, les producteurs doivent limiter le plus possible leurs frais généraux. L'emballage représente généralement près de 70 % de ces coûts de production, alors que la distribution et la logistique absorbent 20 % de ces coûts et le remplissage 10 % seulement. Alléger le poids des bouteilles permet de limiter la consommation de matières premières. Et pour réduire les émissions globales de carbone produites durant toute la vie de la bouteille finie, de plus en plus d'embouteilleurs ont recours au PET recyclé ou à la résine BioPET lorsque c'est possible. Ils sont aussi nombreux à limiter, voire à supprimer, le conditionnement secondaire qui accompagne l'eau embouteillée, comme le fardelage et le suremballage. Il est aussi primordial d'optimiser l'utilisation des ressources comme l'électricité, l'eau et les produits chimiques, de même que l'utilisation des matériaux. L'offre de Sidel intègre des solutions globales pour répondre aux besoins du marché. Ainsi, le module Ecoven installé surla SBO Universal2eco et la souffleuse Sidel Matrix™ permet de réduire la consommation électrique de 45 %. De plus, la technologie de récupération d'air intégrée à la souffleuse permet d'économiser jusqu'à 35 % d'air, et donc de moins solliciter le compresseur. Par ailleurs, l'étiqueteuse Sidel Rollsleeve™ offre des atouts non négligeables en matière d'économies et de durabilité, car elle offre l'opportunité d'utiliser un film plus fin, de choisir des matériaux plus écologiques, d'éviter le recours à la colle et aux produits solvants et d'utiliser des bouteilles légères. Dans tout le portefeuille d'équipements Sidel, les changements de format et de produit ont été considérablement simplifiés ou sont automatiques. Sur une machine à vingt empreintes, les changements de moules assistés peuvent être effectués par un seul opérateur en moins de quinze minutes de bouteille à bouteille, grâce à notre système Bottle Switch™. S'appuyant sur une conception modulaire et construit avec des composants sans graisse, le système robuste et fiable Sidel Matrix™ nécessite beaucoup moins de maintenance. Sur les souffleuses, l'entretien se limite à 2,5 % du temps de fonctionnement, tandis que les remplisseuses ont été conçues pour limiter considérablement les interventions avant le seuil des 6 000 heures de fonctionnement, et la maintenance requise sur nos étiqueteuses a été réduite d'environ 40 %.

 

Comment les nouvelles évolutions de marché peuvent-elles avoir des répercussions sur la ligne de demain ?

 

La population mondiale, qui connaît une croissance rapide, a plus facilement accès à l'eau embouteillée de manière générale. Les consommateurs ont besoin d'eau pour vivre et assurer leur bien-être. Dans de nombreux pays, l'eau en bouteille PET est une source d'eau potable sûre, qui nécessite un conditionnement hygiénique et la préservation des minéraux naturels. Dans d'autres pays, les consommateurs accordent davantage d'importance au goût sophistiqué de la carbonatation, ainsi qu'à l'aspect fonctionnel de l'emballage ergonomique, à usage unique et permettant une consommation nomade. Les consommateurs d'eau recherchent des formes de bouteilles qui se différencient de la norme dans les rayons des supermarchés. De plus, l'industrie devrait continuer à se consolider, car les grandes entreprises rachètent les sociétés plus petites ou situées sur des marchés de niche ou petits afin d'accroître leur capacité, de renforcer leur portefeuille de produits et de s'imposer sur les régions moins développées. Dans ce contexte, les producteurs de boissons sont constamment amenés à répondre à l'évolution des besoins des consommateurs, tout en continuant à engranger des bénéfices. Ils ont donc besoin de solutions offrant de plus grandes possibilités en matière de configuration, de polyvalence et d'encombrement, tout en s'adaptant à des besoins très spécifiques. Telle est la vision de Sidel concernant les lignes de demain. Fiables et efficaces, les futures lignes bénéficieront d'une conception hygiénique et tenteront de fonctionner intégralement à sec afin de limiter la consommation d'eau. Compactes et plus faciles à utiliser afin de limiter les interventions, elles seront pilotées à distance grâce à un système intelligent intégré en mesure de communiquer avec des employés ou d'autres machines. Nous faisons déjà de grands progrès dans ce domaine : le système d'intelligence intégré Intelliblower de la souffleuse Sidel Matrix™ renforce la supervision et l'automatisation des processus. Cette régulation du process automatique et continue améliore le contrôle qualité. Spécifiquement conçue pour limiter les rebuts, la machine peut automatiquement détecter et supprimer les écarts de processus de bouteilles, tout en traitant des bouteilles légères. Associé à des fonctionnalités d'autoréglage, le développement continu de ces systèmes intégrés de contrôle qualité permettra de limiter les temps d'arrêt et de garantir une plus grande qualité du produit final. Et les solutions d'embouteillage de Sidel garantiront une meilleure efficacité et une plus grande facilité de fonctionnement, tout en réduisant le coût total de possession.